Le mois de Mouharram et Achoura

AchouraAprès l’écoulement des mois du pèlerinage, l’année musulmane débute le calendrier par le mois de Mouharram, qui a une valeur particulière et des jours de célébration commun aux trois religions monothéistes. Ainsi, cette année 1437, le 1er Mouharram était le 14 octobre 2015 et Achoura, sera le vendredi 23 octobre 2015.

Valeur du mois de Mouharram

Les mois de pèlerinage, se sont écoulés, et leur succède ce mois sacré de Mouharram. Muslim rapporte que le prophète (PSL) dit : « Le meilleur jeûne après Ramadan, est durant le mois de d’Allah, que vous appelez Mouharram. Et la meilleure prière après les prières obligatoires et la prière de la nuit. » Durant ce mois béni, nous nous rappelons, la vie d’un des grands prophètes et messagers, le notre prophète Moussa (SL).

Nous avons vécu, durant les mois de pèlerinage, avec notre prophète Ibrahim et son Fils Ismaël, des moments de foi et de sacrifice. Et au début de l’année avec notre prophète Mohammed (PSL), l’événement historique de l’Hégire. Et en ce mois, nous retraçons quelques événements de la vie de notre prophète Moussa (PSL). Sachez que dans le récit de leurs histoires est une exhortation pour les gens doués d’intelligence. Allah dit en ce sens : « Dans leurs récits il y a certes une leçon pour les gens doués d’intelligence. Ce n’ est point là un récit fabriqué. C’ est au contraire la confirmation de ce qui existait déjà avant lui, un exposé détaillé de toute chose, un guide et une miséricorde pour des gens qui croient. »

Moïse, enfant persécuté avant de naître

Allah dit : « Pharaon était hautain sur terre; il répartit en clans ses habitants, afin d’abuser de la faiblesse de l’ un d’eux: Il égorgeait leurs fils et laissait vivantes leurs femmes. Il était vraiment parmi les fauteurs de désordre. » Ainsi Pharaon, a fait des fils d’Israël, descendant du Prophète Yacoub – Salut de Dieu sur Lui), des esclaves, dont il tuait les enfants et laissait vivants leur mère. Tout cela, après que Pharaon eut vent, que les fils d’Israël attendait la naissance d’un enfant, avec les mains de qui Pharaon périra. Pharaon décida alors de tuer tout enfant qui naît. Mais la volonté d’Allah fut, que cet enfant, grandit dans la demeure même de son ennemi. Lorsque la mère de Moussa, fut enceinte, et accoucha, Allah, lui inspira de le mettre dans un cercueil et de le jeter dans le Nil. Allah dit : « lorsque Nous révélâmes à ta mère ce qui fut révélé: « Mets- le dans le coffret, puis jette celui-ci dans les flots pour qu’ ensuite le fleuve le lance sur la rive; un ennemi à Moi et à lui le prendra« . Et Ainsi, le Nil l’emporta vers la demeure de Pharaon, et l’épouse de Pharaon, Assia,  le prit, et Allah mit son amour dans le cœur de cette femme qui le défendit contre Pharaon  : « Et la femme de Pharaon dit: « (Cet enfant) réjouira mon œil et le tien! Ne le tuez pas. Il pourrait nous être utile ou le prendrons-nous pour enfant« . Allah voulut rapporter Moussa à sa mère, alors qu’il refusa d’être allaité par toutes les femmes présentes, sa sœur, qui ne se dévoila pas, proposa de l’amener à une famille qui en prendront soin. Et elle l’emmena chez sa mère, qui le prit et l’allaita devant le regard heureux de la femme de Pharaon. Et ainsi, Allah dit : « Ainsi Nous le rendîmes à sa mère, afin que son œil se réjouisse, qu’ elle ne s’affligeât pas et qu’ elle sût que la promesse d’Allah est vraie. Mais la plupart d’ entre eux ne savent pas. »

L’apostolat de Moïse

Ainsi, Moussa grandit dans la maison de Pharaon, et quand il fut en âge adulte, il trouva un jour deux hommes qui se battaient, l’un de son peuple et l’autre un ennemi. Celui de son peuple l’appela à l’aide, Moussa lui répondit, et il tua son ennemi, mais il se rendit vite compte, de son erreur et il se repentit et demanda pardon à Allah. Il dût quitter l’Égypte vers Madian, de crainte que Pharaon, ne se vengeât de lui. Il se maria et resta à Madian une dizaine d’années, et quand le délai fut terminé, il reprit la route vers l’Égypte. Sur le chemin, il reçut la révél

ation et parla à Allah, qui l’envoya en avertisseur à Pharaon et sa cour.

Mais Pharaon, n’entendit guère l’appel de Moussa, et décida même d’user de la force après que Moussa eut le dernier mot et apporta les preuves évidentes de la véracité de son Message. Allah avertit Moussa, qui prit le chemin de l’exode avec son peuple des fils d’Israël. Lorsque Pharaon, eut vent de leur entreprise, il prit la tête de son armée à leur poursuite. Il les rejoignit, à l’aube alors qu’ils étaient aux abords de la mer rouge. Allah nous cite : « Puis, quand les deux partis se virent, les compagnons de Moïse dirent: « Nous allons être rejoints ». » Mais Moussa (SL), confiant en Allah, répondit : « Il dit: « Jamais, car j’ ai avec moi mon Seigneur qui va me guider ». » Il se présenta alors à la mer avec ses vagues et Allah lui révéla : « « Frappe la mer de ton bâton ». Elle se fendit alors, et chaque versant fut comme une énorme montagne. » Moussa le traversa, avec son peuple, Pharaon, s’engagea aussi à leur poursuite, mais quand le dernier des fils d’Israël, eut quitté la mer, Allah noya Pharaon, et son armée au fond de la mer.

Le jeûne de Achoura, remerciement à Allah.

Et c’est ainsi, qu’Allah, sauva Moussa et ceux qui le suivirent et fit périr Pharaon, et sa clique. Cette victoire fut le dixième jour du mois de Mouharram, qui est le jour de Achoura. Moussa jeûna ce jour là en remerciement à Allah et quand le prophète (PSL) arriva à Médine, il trouva les tribus juives jeûnant ce jour. Il leur demanda alors : « Quel est-ce jour que vous jeûnez ? Ils répondirent : c’est un grand jour, où Allah sauva Moussa et son peuple, et noya Pharaon et son peuple, Moussa le jeûna en reconnaissance alors nous le jeûnons aussi. Alors le Messager de Dieu dit (PSL) : « Nous avons plus de droit que vous sur Moussa, et nous le revendiquons plus que vous. Et Il le jeûna. »

Il est aussi préférable de jeûner un jour avant ou un jour après, d’après ce

que Muslim rapporta d’après ibn Abbas (G) qui dit : que lorsque le Prophète (PSL) jeûna le jour de Achoura, et qu’il ordonna de jeûner, ils dirent : Ô Messager d’Allah, c’est un jour que vénèrent les juifs et les chrétiens. Il dit alors (PSL) : « Quand nous serons l’année prochaine, in cha Allah, nous jeûnerons le neuvième jour aussi. » Ibn Abbas dit : Le prophète (PSL) décéda avant l’année suivante. [Rapporté par Mouslim].

L’importance de ce jour.

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) tenait particulièrement à jeûner le jour d’Achoura en raison de son importance. A ce propos, Ibn Abbas (qu’Allah l’agrée) dit : « Je n’ai pas vu le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) s’intéresser au jeûne d’un jour comme il le faisait pour Achoura puisqu’il le préférait aux autres, exception faite de ce mois-ci (le Ramadan) » [Rapporté par Boukhari]

Les mérites du jeûne d’Achoura.

Le jeûne du jour d’Achoura nous accorde la rémission des péchés de toute une année. C’est bien évidemment une des manifestations de l’immense grâce divine. Qatada rapporte que le prophète (PSL) dit lorsqu’on le questionna sur le jour de Achoura, il dit : « Le jour de Achoura expie les péchés d’une année passée » [Rapporté par Mouslim]

zakatAchoura, et l’acquittement de la zakat légale

Beaucoup de musulmans prennent le jour de Achoura comme la référence annuelle, pour calculer l’impôt légal – la zakat, aumône légale – qui est le 3ème pilier de l’Islam. Cet impôt légal est calculé sur la base de 2,5 % sur la fortune financière que chacun possède avec deux conditions principales, que la fortune dépasse le seuil de la valeur de 85 grammes d’or, soit, 2807 euros  sur la base du cours de l’or évalué le 12 octobre par Dar al-Fatwa. Ainsi, pour ceux qui possèdent cette somme ou plus durant toute l’année 1436, devront calculer leur impôt à hauteur de 2,5 % de la somme qu’ils possèdent. Cette zakat est à distribuer aux huit voies de dépenses prévues par le Coran à savoir, Allah dit : « Les aumônes sont destinées aux pauvres, aux nécessiteux, à ceux qui sont chargés de recueillir ces dons et de les répartir, à ceux dont les cœurs sont à gagner, au rachat des captifs, aux endettés insolvables, à ceux qui se consacrent à la cause de Dieu et aux voyageurs démunis. C’est là un arrêt de Dieu, et Dieu est Omniscient et Sage.  » [At-Tauba, Le repentir, 9 – V60] et les savants intègrent les mosquées et les associations musulmanes dans la voie de « ceux qui se consacrent à la cause de Dieu » notamment en France et en Europe, où il n’y a pas de financement publique du culte mais, cela est tributaire des dons des fidèles. Ainsi, si vous êtes imposable au titre de la zakat et que vous voulez vous en acquitez, vous pouvez l’adresser à la mosquée si vous ne connaissez personne de ces voies de dépense. Vous pouvez aider aussi de la famille qui se trouve à l’étranger, les savants préconisent qu’au moins une partie soit dépensée sur le sol sur lequel vous vivez. N’oubliez pas que c’est une adoration avant tout, souvent négligée. Si vous ne savez pas si vous êtes imposable ou la façon de calculer adressez vous à la mosquée que vous fréquentez.

Une tradition liée à ce moment est la joie à apporter à tous en offrant des cadeaux, aux enfants

Innovations et traditions.

Au fil du temps, certaines pratiques ont vu le jour pour célébrer le jour de Achoura, et qui relèvent d’actes n’ayant aucun rapport religieux avec le jeûne de jour et qui constituent une innovation, si la personne qui les pratique croit en cela une adoration spécifique à ce jour. Ainsi, à éviter ce jour-là :

1) Mettre du khôl et du henné, spécifiquement pour Achoura,

2) Préparer un met spécial pour ce jour

3) Prier d’une manière spécifique pendant ce jour

4) Se flageller jusqu’au sang, déchirer ses vêtements (certaines traditions chiites)

5) Visiter les défunts au cimetière de façon spécifique

6) L’achat d’instruments de musique

7) L’accoutrement et le port d’habits distincts

8) Allumer des cierges ou des feux d’artifices

Enseignements à garder

L’Islam est une continuité du message d’Allah aux gens, révélé à ces messagers à travers le temps; personnes élues et honorés de porter le message divin.

Les prophètes et messagers étaient parmi les gens les plus purs, pieux et justes de leur époque et étaient aussi le plus éprouvés. Ils ont fait preuve de patience, d’endurance et ont reçu l’aide et le soutien divin à un moment où les gens croyaient tout perdu. Ils ont démontré leur foi inébranlable dans l’aide de Dieu, Moïse dit à son peuple lors de l’exode , »Dieu est avec Moi, Il me guidera », et Mohammed (PSL) dit à son compagnon lors de l’hégire : « Ne t’affliges point, Allah est avec nous ».

L’effort est à fournir et s’en remettre avec confiance en Dieu est un enseignement qu’on retrouve au fil du Coran.

Accomplir un acte d’adoration pour remercier Dieu est une éthique à adopter, et l’on retrouve, le jeûne de Moïse, la prosternation de Choukr – remerciements, à travers les enseignements de l’Islam et la tradition du prophète et des compagnons.

Ce sont quelques enseignements à méditer et à faire en sorte qu’elle trouve place dans notre vie de tous les jours

Qu’Allah accepte votre jeûne à tous.

(Vu 450 fois, 1 visites aujourd'hui)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *